jeuxteleactu.com

Des chiffres et des lettres (France 3) : l'avis d'un téléludophile sur la nouvelle version !

Des chiffres et des lettres : un beau renouveau à poursuivre
 
Qu’on soit un fidèle de l’émission ou qu’on l’ait laissé tomber depuis des mois, voire des années, on a tous eu le même petit vertige, samedi à 17h10 sur France 3 : Des chiffres et des lettres a changé.
 
Exit la venue en pas pressés de Laurent Romejko, dans un décor déjà planté, tout le monde n’attendant que lui. Désormais, sur la suave, résolument fatiguée mais suave voix de Patrice Laffont, Blandine Maire et Stéphane Crosnier, nouveaux « experts » comme ils ont été appelés dans la bande-annonces, précèdent l’animateur. Lequel, comme vu dans les photos promotionnelles, a radicalement changé de place : le voici très près du centre du plateau, presque sur le même plan que les candidats, derrière un nouveau pupitre transparent. Cela a une conséquence directe, et pas des moindres dans ce petit plateau mais visiblement modulable : les arbitres sont physiquement séparés. Blandine Maire occupe feu le « bureau » d’Arielle et Bertrand, tandis que Stéphane Crosnier a carrément pris la place de Laurent Romejko. À leur gauche, de nouvelles caméras automatiques sur support blanc se confondent volontiers avec l’atmosphère bleu-blanc qui elle, est restée. Cela permet un renouvellement assez bien vu des axes caméra.
 
Côté ambiance, Laurent Romejko avait prévenu : l’animation va mettre quelques temps à s’huiler, il y aura moins d’automatismes qu’attendu dans les premières émissions. Et pourtant, on sent déjà une situation bien maîtrisée par tous. Les deux arbitres ont clairement trouvé leurs marques, ont bien compris la place secondaire mais essentielle qu’ils occupent. Cette distribution n’est pas dérangeante, d’autant que Blandine Maire exacerbe pleinement son tempérament d’enseignante : pédagogue, toujours encourageante et même souriante et dynamique. Un casting réussi et un très, très bon choix qui a fait pas mal de preuve en seulement deux émissions. Côté chiffres, on sait Stéphane Crosnier plus réservé. Il gagnerait à être plus présent dans le jeu, à plus échanger avec les candidats, tant sur les chiffres en soi que dans les moments plus informels. La place qu’il occupe est, au fil des années, quasiment devenue celle d’un animateur. Sans doute s’en accommodera-t-il, son expérience du jeu et de la TV aidant.
 
Côté mécanique, il y a eut des rumeurs plus ou moins vérifiées. Exit les 11 lettres, décidément un serpent de mer qui n’est pas prêt de se noyer. Bien présent est, en revanche, est le gain en suspense. On parlait d’une grande décision à prendre après cinq victoires, on y est pas encore. Mais on le voit déjà sur les duels. Revenus au nombre de quatre, ils valent désormais 5, 10, 15 et 20 points. Pour faire simple, à deux coups de la fin, on a aucune idée de qui va gagner, 35 points étant un capital énorme. Attention à ce que ça n’inverse pas injustement le cours du jeu. Mais c’est de la TV, qui est par nature injuste… Les mots de la fin évoluent aussi, dans l’axe expliqué par Patrice Laffont fin août : deux listes plus ou moins faciles, qui rapportent plus ou moins d’argent à chaque trouvaille. Pour l’instant en deux émissions, on est resté sur des listes « classiques ». Le principe du sésame est resté et a évolué, vers une épreuve (très) très simple mais bien trouvée : une définition du dictionnaire. Avec quoi jouons-nous finalement ?
 
Ce léger relift de cette vieille dame qu’est DCDL, très attendu, a globalement séduit. Ce ne sont que quelques ajustements, qui viendront parfaire une mécanique jamais répétitive et toujours vertueuse.
 
Tristan Alary
 
A lire aussi :
 
dcdl

 

 

 
 

 



20/09/2022
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6304 autres membres